Dette : le cauchemar français s’amplifie sous Macron

Rédigé par notre équipe le 01 juillet 2019.

Ayant un peu compris que les promesses de lendemain qui chantent n’avaient aucune réalité, les Français ont jeté leur dévolu sur la baudruche Macron en 2017. Un candidat gonflé à l’hélium qui se vantait dans un premier temps de ne pas avoir de programme avant de coucher noir sur blanc ses ambitions pour la France. Et avec un économiste de sa trempe, c’était la fin de l’amateurisme et le retour à des comptes publics enfin dans le vert. Mais pour les daltoniens de la politique, le vert et le rouge écarlate, c’est la même chose et la dette de la France équivaut désormais à 99,6 % du PIB. Un grave échec dont l’ampleur pourrait bien être caché par nos joyeux gouvernants.

Avec un Emmanuel Macron qui a échoué à tous les postes publics où il est passé (conseiller économique de Hollande puis ministre de l’Economie) et avec des Bruno Le Maire et Gérald Darmanin totalement incompétents à Bercy, il ne fallait pas être sorcier pour comprendre que la trajectoire économique de la France allait poursuivre sa chute. Les chiffres du premier trimestre 2019 viennent confirmer cette prédiction facile avec 2 538,9 milliards d’euros d’endettement et 37,4 milliards d’euros d’intérêts dont devra s’acquitter la France rien qu’en 2019. Le Figaro s’est amusé au jeu des comparaisons pour tenter d’appréhender des chiffres qui ont finalement pour effet d’appauvrir l’immense majorité des Français.

Economie : Macron s’enfonce dans le bac à sable

Ainsi, les 2 538,9 milliards d’euros équivalent à sept années de pension de retraite. La charge de la dette, elle, équivaut à quatre fois le budget alloué au ministère de la Justice… Il y a des claques qui se perdent, mais en attendant, ce sont les Français qui sont giflés par l’incompétence de leurs pseudo-élites. Avec une telle équipe et des résultats catastrophiques, on se demande comment la barre d’une dette équivalent à 100 % du PIB a pu être évitée. L’histoire dira peut-être que ce succès extrêmement relatif à mettre au crédit de la Macronie a été bidouillé comme début 2017 lorsque la Hollandie cherchait désespérément un argument pour justifier une nouvelle candidature de son champion…

Officiellement, la dette est en dessous des 100 % du PIB, mais il n’y a pad de quoi se réjouir avec une dette qui a augmenté de 43,6 milliards d’euros entre la fin de l’année 2018 et le premier trimestre 2019. La faute aux gilets jaunes disent les soutiens du président. La faute, en fait, à une grasse incompétence et à la volonté de faire de la France un paradis pour les ultra-riches au détriment du peuple. Face à ce rappel à la réalité, la Macronie continue de fabuler en affirmant que la trajectoire est bonne même si elle est obligée de revoir discrètement ses objectifs à la baisse.

Ainsi les cinq points de dette en moins sur l’ensemble du quinquennat se sont transformés en un famélique 1,6 point. Une promesse qui ne sera pas tenue elle non plus, mais qui se souviendra de toutes les sottises racontées par un pouvoir déjà à la dérive ? Une dérive qui n’est pas nouvelle pour les comptes publics, mais qui fait vraiment tâche pour celui qui prétendait connaître la recette d’un retour à la croissance, du plein emploi et de comptes publics qui ne soient pas dignes d’un pays du tiers monde. La Macronie se prend les pieds dans le tapis, mais grâce à la poudre de perlimpinpin, nul doute que le jeunot ira se représenter dans les électeurs avec une longue liste de tous les succès enregistrés pendant un quinquennat extrêmement mal engagé.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    Macron président des pertes et de la dette !

  2. amazonia dit :

    OUI MACRON et les autres ! TOUS font des dettes
    sur le nom DU PEUPLE FRANCAIS .
    EUX font la fête et LES FACTURES /TAXES pour le PEUPLE ./
    Droit dans le mur .

Laisser un commentaire