/>

Pour Anne Hidalgo, du vélo à l’avion il n’y a qu’un pas

Rédigé par notre équipe le 31 juillet 2019.

Anne Hidalgo a compris depuis quelques années que son salut politique passerait par l’écologie. Alors depuis plus d’une décennie, elle s’évertue de rendre la vie impossible aux automobilistes parisiens sous prétexte de rendre la ville sûre pour les vélos. Le résultat n’est en rien satisfaisant, mais comme toute bonne politicienne, Hidalgo entend faire de l’auto-promotion. Direction donc les Alpes à l’occasion de la 19e étape du Tour de France pour se faire mousser un peu. Un déplacement vraiment maladroit, car effectué en avion. La lutte contre la pollution peut bien faire une parenthèse pour Anne Hidalgo…

Il y a certains jours où les communicants feraient mieux de rester chez eux. Anne Hidalgo, maire de Paris et communicante hors pair lorsqu’il s’agit de promouvoir sa propre personne a elle aussi des jours sans. Le vendredi 26 juillet était un de ces jours et la donneuse de leçon en écologie risque de se le voir rappeler pendant longtemps. Alors que le Tour de France était attendu le 28 juillet à Paris pour la dernière étape, Hidalgo n’a pas pu s’empêcher de prendre l’avion pour aller parader à Tignes où les coureurs étaient attendus à l’issue d’une journée marquée notamment par de la grêle et des torrents de boue. Spectacle gâchée sur la route, mais l’essentiel est ailleurs pour une Hidalgo venue faire la promotion de sa personne en Savoie…

Pas de sueur, mais du kérosène pour Hidalgo

La maire de Paris n’aurait-elle pas grand-chose à faire de ses journées ? Au lieu d’attendre sagement que le Tour de France n’arrive dimanche dernier à Paris, elle a filé rejoindre la course à bord d’un avion. Un vol commercial au moins ? Non, Madame la maire ne vole que dans des Falcon où elle est certaine de ne pas croiser le Parisien moyen qu’elle aime mettre dans une boîte à sardines matin et soir appelé le métro. C’est donc en avion privé qu’Hidalgo a fait moins de 700 kilomètres alors que le TGV aurait très bien pu faire l’affaire.

Arrêtons la polémique dès maintenant supplie l’équipe de bras cassés de la mairie de Paris. Certes, Anne Hidalgo était à bord d’un Falcon affrété par l’organisateur du Tour de France, mais sa démarche est responsable, voire même exemplaire puisqu’avec ou sans elle, l’avion aurait décollé. En effet, il s’agit de l’avion destiné à faire les aller-retour quotidiens avec à son bord les tests de dopage effectués tout au long de l’épreuve sportive. Hidalgo a donc fait le voyage au milieu des éprouvettes et on est en droit d’espérer qu’elle n’a pas contaminé au plomb tout le matériel par sa seule présence.

Anne Hidalgo ne serait donc pas en faute quand bien même il lui suffisait de prendre son vélo deux jours plus tard pour rejoindre l’avenue des Champs Elysées et chanter son amour pour ce sport. Mais l’amour est plus fort que tout alors pour c’est l’avion qui aura permis à la maire de faire la promotion du vélo. Comme si les habitants de Tignes et les Savoyards en général étaient intéressés par les dernières pistes cyclables ouvertes à Paris…

Pour tenter de comprendre la logique d’Hidalgo, un petit détour par son grand ego est nécessaire. Hidalgo ne s’adresse pas aux Savoyards, ni aux Parisiens, mais aux Français et même au monde entier. Celle qui voudrait être l’égérie politique de la lutte contre le réchauffement climatique n’est qu’une des nombreuses impostures de ce combat mal incarné et porté par des personnes qui souffrent d’un grave manque de légitimité. Son aller-retour en avion privé ne fait que confirmer ce que les Parisiens pensaient d’elle. Hidalgo ne sauvera pas la planète. Elle essaye juste de sauver sa tête. Plus que huit mois avant son possible départ de la scène médiatique ! Courage amis parisiens !

Déjà 8 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    La duègne gaspilleuse !

  2. PhilZ dit :

    Toute l’hypocrisie et les contradictions françaises déjà très présentes dans le monde bobo écolo fonctionnarisé mais multiplié par 100 par nos représentants pompeurs et taxeurs fous . La France est foutue car elle est en faillite culturellement et économiquement!

  3. amazonia dit :

    PARIS .
    LA HIDALGO ? qui ose parler ECOLOGIE ? fort de café
    LA NANA qui laisse les GAZELLES EN 4X4 ?
    au Trocadéro ! 2 poids /2 mesures !
    pour BOBOLAND et pognon de dingue ?
    Pour ceux qui travaillent avec petit salaire ? DES PV ? STOP .
    HIDALGO . DEGAGE
    Lorsque cette pauvre fille a besoin d’un porteur de parapluie ?
    UNE HONTE . PAUVRE FRANCE .

  4. Bluesun dit :

    Quand même un constat,
    tous nos élus sont à l’identique.
    Même programme d’âneries, même larmes (quand il faut pleurer), mêmes mots, mêmes façons de parler “surtout en TV”, on dirait tous des clones des uns des autres.

    Ils sont tous suffisants, langue de bois qui raisonne comme un tambour, font tout le contraire de ce qu’ils disent être pourtant un bien, pour le citoyen.

    Se gavent aux frais du contribuable, alors que pour cause de crise ou réchauffement climatique, il l’oblige à se serrer la ceinture.

    Faire du vélo, quand eux se déplacent en avion aux frais du contribuable, là ; aucune pollution, puisque c’est leur fessier qui est transporté pour plus de confort, et rapidité, eux travaillent à faire des chômeurs, les chômeurs ne doivent pas avoir besoin de voiture pour se déplacer.

    On a eu la même chose avec les umpsbisounours…

    Oui plus que huit mois, et en principe cette incapable devrait dégager, mais déjà se profile un autre de la même trempe…

    On mélange dans le panier, mais comme c’est la même chose que l’on mélange, à la sortie la mélasse est la même, et tout recommence,
    en continu….

  5. Le civilisateur dit :

    Si HIDALGO veut un projet pertinent , novateur, écologique et économique, un projet qui ressemble aux parisiens.

    Elle n’a qu’a travailler sur un concept de moteur qui fonctionneraient aux excréments de rongeurs, aux déjections de pigeons.

    Et à l’urine, bien sur …

    Ces trois matières intarissables au sein même de la capitale de France, pourrait permettre à paris d’être autosuffisante énergétiquement.

    Offrant de ce fait, du travail aux parisiens dans secteur qu’ils connaissent parfaitement et qu’ils affectionnent très particulièrement.

    Les parisiens ont vraiment les maires qu’ils méritent.

    Ça fait vraiment plaisir de ce le rappeler de temps à autre…

    • Bluesun dit :

      Il y a peu, je regardais un documentaire sur le temps où, à Paris il n’y avait pas encore les égouts, et la Seine servait par endroit de déversoir à tout, à défaut de Seine, les rues.

      Heureusement, à cette époque des gens à l’intelligence suprême on réfléchi, et les égouts se sont peu à peu construits.

      Aujourd’hui, avec l’intelligence de nos novices en service, se sont effectivement les rats, qui jouent le retour, la mélasse qui se mélange à la mélasse, et tout cela devient la fierté d’une maire, et d’autres sans doute, parce que Paris est disent-ils bien géré.
      Moins de voitures, plus de vélos, moins de pollution dans l’air.

      Oui, mieux vaut regarder l’air, que voir le sol plein de m….

      Avoir le maire qu’ils méritent, oui, mais ont-ils seulement le choix ????
      Ceux qu’on leur présente, est la copie de l’autre fait homme.
      Pas fous, ils font comme les vieux croûtons avant eux, un en place, laisse sa place au clone suivant.

      Ils font table rase du passé, en évitant bien de se raser eux mêmes.

  6. Bluesun dit :

    Un rajout,
    En 1981, quand Mitterrand est élu, un de ces ministre très connu à l’époque (décédé à présent), “connu, mais désolé, son nom ne me revient pas à l’instant où j’écris ces mots.

    A dit, nous avons pris le pouvoir, et nous ne le quitterons plus. (une phrase à l’identique).

    Prétencieux, me suis-je dis alors.
    4 décennies plus tard, m’occupant un peu plus de politique, vu l’état de mon porte monnaie, je me dis que ce sinistre ministre savait de quoi, il parlait alors.

    Ils sont tous là, faisant tous la même politique sous une couverture de droite ou gauche pour amuse gueule à gogos, et histoire de parler de “nouveau monde”, parle ni droite, ni gauche, parce que de nouvelles bouches gogos à formater.
    En oubliant que Bayrou, a fait à l’identique bien avant tous ces novices en service.

    Ce qui fait que le choix Le civilisateur, ils l’ont.
    C’est celui de secouer le panier, et de s’imaginer qu’ils ont gagné le cocotier.
    Mais, celui qui sort du panier, n’est rien qu’une copie de tous les autres.

    Macron, perle rare trouvée dans la pochette surprise.
    Plus fort, que tous les autres, plus le peuple crie “démission”, et plus il monte dans les sondages, à tel point que bientôt, il est capable de faire crever le fameux plafond de verre du RN.

  7. Bluesun dit :

    Retour de mémoire…

    C’est, Pierre Mauroy, le nom du ministre sous Mitterrand.

Laisser un commentaire