/>

Vers un remaniement à la rentrée ?

Rédigé par notre équipe le 05 août 2019.

Pas très doués pour faire avancer les choses dans le bon sens malgré leur appellation de « marcheurs », les ministres profitent de vacances pas vraiment méritées. Mais ont-ils le cœur léger au moment de se reposer loin des soucis des ministères parisiens ? Pour un certain nombre, les vacances riment avec l’angoisse de ne jamais retrouver leur ministère, car l’idée d’un énième remaniement ferait son chemin dans l’esprit d’Emmanuel Macron. Ses conseillers se pressent dans les rédactions pour souffler le chaud et le froid, mais il paraît indispensable de renouveler quelques têtes afin de donner le change un peu plus longtemps.

Les démissions se suivent en cascade et le manque de personnel se fait rudement sentir au sein du Gouvernement. Au début, les médiocres étaient remplacés par des mauvais (faute de mieux), puis ce sont les conseillers du président qui ont été propulsés ministres avant la peut-être jurisprudence de Rugy/Borne qui consiste à confier un ministère libre à un ministre qui croule déjà sous les dossiers et son propre incompétence. Bref, procéder à un remaniement n’est pas une sinécure, mais le pouvoir y songerait de plus en plus selon les conseillers d’Emmanuel Macron.

Un remaniement face au défi de la compétence 

Un remaniement, mais pour virer qui et sur quelles bases ? Ils sont très nombreux à rien avoir affaire au Gouvernement et si les prétendants pour prendre une place sont nombreux, tirer le bon numéro s’avère compliqué pour Macron et Philippe. Bien entendu, Christophe Castaner se sent visé quand un remaniement est évoqué. Détesté de tous, et en premier lieu par les policiers, il a prouvé plus que les autres son absence totale de compétence. Pourtant, un conseiller de l’Elysée assure qu’il n’y aura pas de remaniement, car Macron « n’assume pas les erreurs de casting ».

Malgré tout, le besoin d’un remaniement semble de plus en plus indispensable. Un autre conseiller estime qu’il faut « incarner l’acte II » du quinquennat et que cela passe par de nouvelles têtes. Effectivement, pour vendre son produit, la Macronie doit faire évoluer son emballage. Mais la même question revient : virer qui et pour mettre qui ? Il se murmure qu’Edouard Philippe aurait des envies d’ailleurs. Après deux ans à Matignon, il en aurait assez d’être entouré des nuls voulus par Macron.

Ce dernier compterait pourtant sur Philippe pour continuer la mission. On peut le comprendre, car si Philippe ne brille pas, il fait quand même moins tache que beaucoup de ministres ou de députés aux dents longues. L’un aurait des envies d’ailleurs, l’autre voudrait qu’il reste. A moins que les deux ne trouvent un terrain d’entente en parachutant Edouard Philippe aux municipales à Paris en remplacement d’un Benjamin Griveaux qui sent le grillé avant même le début des hostilités…

Un remaniement est souhaitable – même s’il ne faut attendre aucune inflexion politique – mais un type comme Richard Ferrand estime que cela serait « inquiétant ». Il y a quelques jours, il déplorait que « les ministres ne puissent plus résister à la pression ». Mais ceux qui occupent la tête des ministères actuellement peuvent-ils encore être appelés ministres tant il font la preuve de leur incapacité à produire la moindre politique positive ? Il n’est pas inquiétant de voir des remaniements (ou des ajustements comme il est de bon ton de dire). Ce qui est préoccupant est de constater que malgré la valse des ministres, aucun ne sort du lot. C’est la course à celui qui sera le plus nul. Le Nouveau Monde est parfois déstabilisant !

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Ils devraient tous se mettre en marche pour faire un lot de démissionnaires.

    Ca ferait du bien à la planète….

  2. amazonia dit :

    EN MARCHE .
    Remaniement ! changement ?
    Une cruche a la place d’une potiche ?
    Un pleutre a la place d’un couard ?
    CHANGEMENT ? DE QUOI ? CQFD .
    Pauvre FRANCE ./

    • Bluesun dit :

      Oui, mais depuis le temps que le jeunot remanie, mélange, puis remanie, il n’a plus grand chose en magasin à proposer…

      Novices, potiches, cruches, la pioche du jeu de destruction se vide.
      Maiiiiiiiis, ne se casse toujours pas….

      Oui car, on dit bien que tant va la cruche à l’eau, qu’à la fin elle se casse ?

      Il y avait le, “casse toi pov’con”…celui là, a dégagé..

      Mais comme le jeunot, c’est le fameux “casse toi pov’con en mieux” (c’est le vieux pot lui même qui le dit), peut-être pour ça que la casse est tardive ?????

      “En même temps”, faire et défaire, ça occupe bibi.
      Plus bibi remanie, et plus c’est la même chose.

  3. amazonia dit :

    Un remaniement ? SANS CHANGEMENT ?
    Un coup pour rien ! Signes dans le VAR . UN MORT .
    LE MAIRE . mort pour des gravats de chantier !
    Quel chantier ? Entreprise ? 2 PERSONNES dans le fourgon !
    2 ouvriers ? Salaires ? Fiches de payes ?
    OU TRAVAIL AU BLACK ? comme de coutume
    INFOS TV = copier /coller ;
    2 jeunes = rien voir / rien entendre / rien dire ?
    DES GRAVATS ? QUEL CHANTIER ? OU ?
    zéro info ! TV en boucle de connerie en connerie +++
    Réalité = PARLER pour ne rien dire !!!!!!!!!!!!
    INFOS point zéro = ENFUMAGE DE LA VERITE .
    SCANDALEUX

    • Bluesun dit :

      Un maire au mauvais endroit au mauvais moment ?
      Un maire mort pour cause de pas de chance ?

      Bref un maire s’est fait écraser parce qu’il a vu ce qu’il n’aurait pas dû voir.
      Un maire qui était dans l’exercice de ses fonctions.

      Oui, silence radio sur l’affaire.

      Quant à l’entreprise qui donne ordre de jeter les gravas hors déchetterie, personne n’en parle….

      “En même temps”, très chers de déposer des gravas dans une déchetterie de nos jours.

      Ils vont bien trouver des circonstances atténuantes au chauffard.

Laisser un commentaire