Quand les citadins débarquent à la campagne…

Rédigé par notre équipe le 19 août 2019.

Quoi de mieux qu’un air pur (ou presque) et un rythme plus humain, loin de la folie des grandes villes ? Beaucoup de Français en rêvent et certains franchissent le pas en s’installant dans des petites communes. Un mouvement également bénéfique à ces dernières qui peuvent ainsi espérer retrouver plus de vie et pourquoi pas des services publics partis il y a déjà bien longtemps. Mais de la théorie à la pratique, il y a la bêtise qui s’invite dans la danse. Ainsi, entre les déjections d’abeilles et des corneilles trop agressives, les « néoruraux » veulent tout dégager autour d’eux.

Vivre en ville est-il encore une sage décision ? Avec des technologies qui permettent de remplir de nombreuses tâches à distance, vivre dans des cités dortoirs ou des centres-villes en voie de délabrement devient de plus en plus anachronique. Les campagnes françaises, désertées depuis des décennies tendent leurs bras, mais chaque nouvel habitant ne signifie pas une victoire, car accueillir des cas sociaux rend la direction de la commune bien plus compliqué. Entre les complaintes habituelles et les menaces aux maires, un nouveau type de « nuisances » apparaît sur les écrans radars…

Vers une campagne sans animaux

Si les avantages d’une vie à la campagne sont bien identifiés par ceux qui rêvent d’une vie loin des bouchons et de transports publics insupportables à raison de plusieurs heures par jour, les inconvénients sont quant à eux très pris en compte. Ce n’est qu’une fois sur place que les « néoruraux » comprennent l’ampleur de l’absence de l’Etat avec parfois aucun service public présent physiquement, des écoles éloignées d’une dizaine de kilomètres, des collèges et lycées encore plus inaccessibles et des hôpitaux qui ont fermé pour ne laisser place à aucun professionnel de santé. Alors quand un couple de touristes se fait sauvagement attaquer, le manque d’infrastructures se fait cruellement sentir.

Sauf que l’attaque en question a été perpétrée par une… corneille. Pour ceux qui en sont arrivés au point de ne pas connaître le nom même de cet animal, il s’agit d’un oiseau d’une quarantaine de centimètres et ne pesant qu’un demi kilo. Le genre de bête à ne terroriser que les vers de terre et les cadavres d’autres animaux. Mais le journal La Nouvelle République rapporte dans son édition du 14 août qu’un couple de Parisiens a été sauvagement agressé par une corneille. Une information que l’on doit à ce même couple qui s’en est sorti in extremis « Je vous assure, cette corneille avait bien un comportement agressif. Avant ça, elle avait attaqué les mollets de mon mari et s’en prenait aux pneus de la voiture. On n’ose à peine sortir du gîte depuis ! » a assuré une des deux victimes.

Les faits sont particulièrement dramatiques puisque la corneille aurait foncé sur la pauvre femme, l’obligeant à s’enfuir. Pas de chance, en tant que citadin, les efforts physiques démesurés sont impossibles à maîtriser et au bout de quelques pas de course, c’est la chute. Bilan : deux points de suture au menton et un « traumatisme maxillo-facial ». Heureusement que l’oiseau féroce, certainement « dressé à attaquer », selon la femme, n’en a pas profité pour donner le coup de grâce une fois sa pauvre victime à terre. Il aura toutefois fallu rouler de nombreux kilomètres avant d’arriver aux urgences pour échapper à d’horribles souffrances et pouvoir s’attaquer à son tour à la corneille en l’expulsant de son habitat naturel.

Tout ceci est grotesque, mais malheureusement une telle histoire se cantonne de moins en moins dans la catégorie faits divers (ou de foire). La présence passagère et plus encore quotidienne d’(ex)-citadins rend la vie difficile pour les habitants de la campagne et pour la faune en particulier. Aujourd’hui, la justice examine plusieurs cas de coqs qui ont la manie de chanter. Un « cocorico » trop tôt par rapport à l’emploi du temps d’un voisin « néorural » et c’est l’assurance de le voir attaqué en justice pour le faire dégager quand des méthodes plus brutales et illégales ne sont pas employées…

Et quand ce ne sont pas les corneilles et les coqs qui font la Une, ce sont les abeilles ! Décimées par les insecticides, il en reste malgré tout encore beaucoup trop selon certains. Une commune du Puy-de-Dôme a le redoutable privilège d’avoir attiré des « néoruraux » dont certains se plaignent des déjections causées par les abeilles d’un apiculteur local. Et il est vrai que les déjections, c’est toujours désagréable. Surtout, celles des abeilles, lesquelles ne sont constituées que de pollen… Il faudrait peut-être cramer les ruches et en profiter pour mettre le feu à toute la nature environnante. Il n’y aurait plus de pollen ni aucun animal, nuisible par définition. A ce nouvel environnement, on pourrait y ajouter une grande dalle de béton, quelques tours et on se sentirait comme à la maison. Une maison en ville…

Déjà 12 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    Une belle preuve que certains qui vivent en ville !
    sont des malades du bocal !
    les coqs / les cloches / ++++
    RIEN n’oblige les citadins a venir das NOS CAMPAGNES . CQFD.

  2. zelectron dit :

    le béton et le goudron à la campagne !

  3. Bluesun dit :

    La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini.
    Ernest Renan

    Le coq devient dérangeant.
    Il y a quelques années, à Nice un joli coq par son chant dérangeait des touristes, (ou pas, peut importe), les infos ont à ‘époque exposé les faits, il y a eu procès.

    La guillotine étant supprimée, c’est le coq qui en a perdu sa tête.

    Depuis, ce sont les cloches du clocher qui dérangent, les abeilles, un oiseaux, les vaches qui pètent, un autre coq, qui va suivre le même chemin que le premier, si la justice n’est pas plus tranchante pour la bêtise humaine.

    Même le chant des cigales doit déranger, puisque d’un coup à peine la fin juillet arrivée, que les cigales n’ont plus chanté.
    Se sont elles misent à danser ?
    En tous cas, triste le midi sans son chant des cigales l’été, en plein réchauffement climatique.

    J’ai entendu dire qu’un insecticide était passé par là, vrai, faux ? Oui les gens sont devenus très c..s

    L’humain se déloge de la ville, pour y trouver la campagne, et veut dans sa grande bêtise déloger l’animal qui s’y trouve chez lui depuis des lustres.

    Pour ces gens, l’attaque des oiseaux, c’est juste un film.

    Pour qu’un animal agresse, il faut au départ l’avoir agressé, mais l’attaque d’un tout petit oiseau, reste très improbable.

  4. amazonia dit :

    LA CONNERIE HUMAINE dans nos campagnes dans nombreuses
    petites villes et villages aussi !
    des subventions de la région + UE =travailleurs détachés
    qui ne parlent pas Français !
    pour nous mettre dans nos rues des CONS DE PAVES carrés ?
    DES PAVES ? pas des BRETONS (( des chinois ))
    Vaste connerie ! OUI on se tord les pieds dessus et avec des petites ballerines ! cela n’est pas agréable
    en plus impossible de marcher avec des TALONS HAUT ?
    Réservé a la mère MACRON /BOBOLAND / Animatrices TV .
    Donc femmes des campagnes = garder vos sabots crottés
    ou pas . LA VILLE a la campagne !
    DIRIGEANTS UE tous FOUS 100% ILS FINANCENT que des
    conneries toujours plus ++++Réalité dérange ?

    • Bluesun dit :

      Et ben ça amazonia, c’est amusant (si je puis dire).

      Idem ici, sauf que là, c’est dans la ville, en plein centre ville même.
      Lubie de l’ancien maire, de mettre des pavés casse tronche.

      Alors, je ne sais si ce sont des travailleurs étrangers qui ont posé les pavetons carrés, mais depuis les trottoirs sont devenus un vrai casse figure.

      A ça, jolis les pavés couleur un peu ivoire, bien dodus sur le dessus, bien glissants une fois le pied posé dessus, sans oublier le trou entre chaque pavé, ce qui fait que, tous les pietons marchent dans la rue.
      Impossible de marcher, ni avec chaussures à talon, (ça même pas en rêve, ni avec chaussures à petits talons, ça peut-être possible en rêve) lol.

      Une ânerie monumentale, tout monde se plaint, mais la chose est faite, et a coûtée un fric fou. Faut faire avec.

      Les jours de pluie, c’est la cata….

      Heureusement, après 19 de service, (en principe de droite), ce maire s’est pris ses pavés dans la tronche. (une image).
      Et oui, il ne voulait pas entendre les bruits de la rue…

  5. amazonia dit :

    les citadins !
    aucune obligation pour EUX
    de venir dans nos campagnes qu’ils restent chez EUX .
    CHOIX DE VIE ?
    Rats des villes et Rats des champs .
    Notre MACRON RAT des villes BOBOLAND .
    LUI responsable d’avoir la 1ère place ANTI-PEUPLE
    GILETS JAUNES = record de BORGNES /GUEULES CASSER
    Chez nous en FRANCE .
    LE RAT DES VILLES MACRON .IL ose donner des leçons ?
    A LA RUSSIE ? HONGKONG ? .
    SCANDALEUX . Démocratie en FRANCE ?
    LES ROBOCOPS contre les Gilets Jaunes
    MACRON /POUTINE ?
    entre la paille DE POUTINE et la poutre de MACRON ?
    MACRON a fait plus de BORGNES et GUEULES CASSER
    que LA RUSSIE et HONGKONG . FU/FU ou FOU/FOU

    • Bluesun dit :

      Gueules cassées ?
      Macron a bien vendu la française des jeux ?

      Et bien, une pub, pour relancer le nouveau de la chose, ils vont remonter jusqu’ à l’ancien monde.

      Une pensée alors, “ils sont capables de remettre genre loterie “les gueules cassées”.

      Ben, oui, comme tout est dans le foutage de gueule, pourquoi ne pas aller jusque là.

      Une piscine alors que l’on préfère la mer, un homard alors que l’on aime pas le homard, 8 mois de gilets jaunes, alors en attendant l’essoufflement, on gaze, on mutile, on torpille, etc..

      Pourquoi ne pas faire une loterie gueules cassées ????
      Si les voyages forment la jeunesse, jeunesse se passe en s’amusant.

  6. Le-civilisateur dit :

    Tout porte à croire que cette corneille à été touchée par cette épidémie dont nous parle tant monsieur Castaner.

    Ce fléau qui sévit sur tout le territoire depuis une année.

    Cette oiseau est atteint de “HAINE !”

    Les premiers symptômes se traduisent d’abords par un ras le bol du smic et de la diminution du pouvoir d’achat.

    Agissez avant qu’il ne soit trop tard et n’attendez pas d’avoir envie de vous plaindre dans les rues.

    Ce mal est curable si il est pris à temps.

    Riez ! Regardez TPMP reposez votre esprit avec seulement 2 neurones.

    Laissez vous partir…

    Intéressez vous à l’amour, lisez marlène Schiappa.

    Passionnez vous pour le foot, rejoinez la tribu PSG.

    Lâchez prise …

    Ne faite pas l’erreur de cette oiseau ou vous finirez vous aussi, par crever les pneus d’un bourgeois bohème avec vote appareil buccal.

    • Bluesun dit :

      “Laissez vous partir…
      Intéressez vous à l’amour, lisez marlène Schiappa.
      Passionnez vous pour le foot, rejoinez la tribu PSG.
      Lâchez prise … ”

      Excellent ça Le-civilisateur, car, durant la coupe du monde féminine, “ou pas féminine d’ailleurs”, une pensée (que j’ai très vite chassée, pensant que la chose n’était qu’une coïncidence), un rapprochement avec les années 1980, m’est venue à l’esprit.

      Et ces quelques mots dans ton commentaire, font ressurgir ladite pensée.

      Je m’explique :
      Donc début des années 1980, pendant que les banlieues en étaient aux assedic, les “français”, étaient au boulot, normal ils étaient en place depuis des générations.

      Assedic pour les banlieues, la gronde de ce côté montait, “normal”.
      Le foot à cette époque, en était au bleu blanc rouge, “toujours normal puisque c’est le pays France”. (attention, aucun racisme de ma part, c’est juste les choses du moment.)

      Est arrivé, l’idée de l’intégration par le sport, le foot en particulier. Pas de boulot ? faites du sport, et surtout du foot.

      Arrive alors l’équipe black, blanc, beur, toujours pas plus de boulot (il est en train de jouer les filles de l’air, via europe-mondialisation), mais beaucoup d’espoir, si pas de boulot, faire footeux.
      Pendant que les uns jouent, les autres peuvent se mettre à rêver.

      Les années passent, tous les prédécesseurs de Macron, ont tué l’emploi d’une main, ont fait mine de le faire revenir de l’autre, mais à chaque blabla une fois leur fessier posé, ça a fait forcément pchiiiit, puisque la volonté en est au jeu de destruction.

      Le manque d’emplois rendu visible par la quantité de l’évaporation, fait que le chômage, fabrique des chômeurs, puis le jeunot arrivé, lui avec fierté, fabrique des riens.

      Heureusement, grâce à la poudre de perlimpinpin, plus le chômage augmente pour cause que le reste des emplois suivent toujours la même tracjectoire d’ Europe-mondialisation, ou de la fermeture, et plus le chômage baisse….

      Emplois disparus ” pour tous”, il faut à nouveau trouver l’idée qui a fonctionné, au début, faire rêver le peuple par le sport.

      Et l’équipe féminine est arrivée dans toute sa splendeur. Ce qui fait que dans les magazines on voit déjà cette pub de deux gamines disant que demains elles seront footeuses…

      La boucle et bouclée….
      L’emploi et l’avenir de demain, et d’aujourd’hui même, c’est encore et sans doute pour toujours, le sport, le foot en particulier…

      Bon le bouquin de la Schiappa, on peut dire qu’il vaut le “grand” détour….Mais ça, même des journaleux, l’ont signalé à sa sortie….

  7. Le-civilisateur dit :

    Cette corneille.

    Cet oiseaux.

    J’ai fait un “amalgame”.

    Mince…

    C’est un des nombreux symptômes de la “HAINE !”

Laisser un commentaire