/>

Homophobie : la Macronie prend le problème par le mauvais bout du stade

Rédigé par notre équipe le 30 août 2019.

Depuis quelques jours, la France du football est en ébullition. Après seulement quelques matchs de championnat, un seul mot est sur toutes les lèvres : homophobie. Les pouvoirs publics ont décidé de faire des stades de football, un lieu où le bon goût et la culture règnent sans partage. Fini les ambiances électriques et fini les chants de supporters grossiers. La police de la parole et de la pensée doit faire respecter l’ordre du Nouveau Monde quitte à faire passer tous les supporters pour d’abominables homophobes.

Ce 28 août, le match de L1 entre Nice et l’OM a été interrompu par l’arbitre. Encore des jets de projectiles sur les joueurs ? Non, les supporters ont franchi la ligne avec leurs chants. Il est tout à fait approprié d’arrêter un match pour des chants ou des comportements racistes. Bravo au corps arbitral ! Sauf que les chants en question n’étaient en rien racistes. Ils étaient de nature homophobe selon les instances footballistiques. Que disaient-ils ? « La Ligue, la Ligue, on t’encule ». Un message vraiment pas très sympa auquel se sont ajoutées deux banderoles déployées par les supporters. Des actes jugés inacceptables qui ont débouché sur un arrêt du jeu de neuf minutes.

La lutte contre l’homophobie commence sa tournée dans les stades…

Ce match de foot entre les deux voisins de la Côte d’Azur est déjà la quatrième rencontre interrompue pour des chants jugés homophobes et la liste va rapidement s’allonger au cours des prochaines semaines tant les supporters prennent un malin plaisir à flirter avec les limites. Des limites indéfinissables même pour la Ligue Professionnelle de football qui a décidé de laver plus blanc que blanc en cette rentrée. Depuis plusieurs années, les instances du sport et du football en particulier sensibilisent à la lutte contre l’homophobie. Des petits gestes comme un brassard de capitaine aux couleurs du drapeau homosexuel, et des annonces dans les stades recouvertes par le brouhaha et les chants des spectateurs. Bref, pas de quoi changer fondamentalement les choses, alors la Macronie a pris la main et elle est de fer.

Les instances du football ont des comptes à rendre au ministère des Sports, alors quand la ministre Maracineanu débarque dans un stade et découvre que les supporters ne chantent pas des berceuses, ce sont des cris d’effarement qui sont lancés depuis le ministère. Depuis cette révélation, La Ligue n’a plus d’autre choix que de pratiquer une politique de fermeté qui conduit aujourd’hui à arrêter les matchs dès que quelques supporters crient des insanités. Pourtant, les insultes et mots vulgaires doivent-ils être entendus comme de la haine à caractère homophobe ?

Le terme « enculé » est peut-être le plus utilisé dans un stade de foot. Cela montre le niveau des supporters, mais voilà, c’est un stade de football et non pas un musée (même si les stades abritent de plus en plus souvent un musée à la gloire de leur équipe). Lorsque des supporters utilisent ce mot lors de la succincte présentation des joueurs de l’équipe adverse, y a-t-il un caractère homophobe ou bien l’expression paillarde et grossière qu’ici, seuls les joueurs qui ont le maillot local ont le droit au respect ?

Depuis des années, la Ligue de football s’est arrangée sans problème de ce qu’elle appelait encore il y a quelques mois du « folklore ». Mais avec la pression politique, « ce qui était acceptable auparavant ne l’est plus aujourd’hui ». Très bien, mais où est la limite dans ce cas ? Toujours aucune réponse d’une Ligue qui se félicite de l’arrêt des matchs (même si « ce n’est pas la solution » selon sa présidente), mais qui ne dit rien quand ces mêmes chants sont entonnés à quelques minutes de la fin de la rencontre et que l’arbitre fait semblant de ne pas les entendre…

Que penser des banderoles niçoises « Bienvenue au groupe Ineos : à Nice aussi on aime la pédale » en référence directe au sponsoring couronné de succès d’Ineos dans le cyclisme et de « LFP/Instance : des parcages pleins pour des stades plus gays » ? La LFP crie au scandale et choisit la lecture homophobe pour éviter de répondre aux exigences des supporters. Le conflit ne fait que commencer et le football s’est étrangement choisi un combat qui mérite d’être tenu, mais qui n’est pas une priorité au regard des problèmes bien plus graves que des jeux de mots et des insultes lancés à la volée. La corruption, le dopage et les violences physiques attendront…

 

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    Les stades sont des défouloirs et à brider toutes possibilités d’exsudation des excitations diverses, ce gvt risque gros, il ne devrait pas oublier que les lois “copulation pour tous” ont été promulguées sans référendum

  2. blackdog dit :

    La France est la championne du monde des interdictions et du bordel social.
    Interdictions:
    -Interdit de fumer ici ou là,sur des plages….
    -80km/h
    -Burkini
    -Chants paillards ou vulgaires…..
    -Fessée aux enfants
    -Etc……
    En face de ça le bordel social:
    -Immigration sans rêgles strictes
    -Quartiers dans les villes ou des étrangers musulmans font la loi
    -Femmes battues et tuées
    -Femmes avec des salaires inférieurs à ceux des hommes
    -Ecoles primaires dans lesquelles on n’apprend pas à vivre en respectant les autres
    -Ecoles primaires où on n’apprend pas à respecter la nature
    -Ecoles primaires où on n’apprend pas à respecter simplement
    ce que veut dire Liberté/egalité/fraternité
    Que font nos élus.?.?
    Dites moi.?.?

  3. amazonia dit :

    HOMOPHOBIE ?
    STOP depuis des décennies
    des Hétéros se font traité d’E …. la sodomie ! pratique
    de nombreux hétéros ! ALORS .
    ALORS homo ET hétéro se font emprosé ! depuis des siècles
    HOMOPHOBIE ? Trouver un autre sujet pour mettre le bordel
    TOUS des E… DE MOUCHES .
    DICTATURE de la parole TV. CHAINES infos copier/coller +++

Laisser un commentaire