/>

Extinction rébellion : nouvel avatar de l’écologie-bobo ?

Rédigé par notre équipe le 08 octobre 2019.

Depuis deux jours, un groupe jusqu’alors inconnu des écrans radars médiatiques français fait parler de lui. Extinction rébellion est un mouvement écologiste qui entend secouer les politiques en menant des actions visibles dans les rues (de Paris forcément !). Loin de la nature, ils entendent dire ce qui est bio, ce qui est humain, ce qui est bien. Tout un programme qui sent bon le boboïsme ! Il suffit de voir les individus qui s’allongent au milieu de la place du Châtelet pour comprendre qu’Extinction rébellion n’est qu’une nouvelle mouture d’un militantisme écologique gueulard au discours catastrophiste, mais sans conséquence sur le monde réel.  

Comment faire en sorte que les politiques changent enfin et passent des grandes paroles aux actes en matière d’écologie ? Les Verts ont montré leur désintérêt sur ces questions une fois au pouvoir, la Macronie surfe sur la vague avec une assurance qui n’occulte pas le côté artificiel de la chose, et le pauvre Nicolas Hulot a été obligé de démissionner en direct à la radio afin de ne plus se mentir. Les politiques ne changent pas, alors le citoyen concerné prend le taureau par les cornes. Après s’être malencontreusement trompés de poubelle pour faciliter le recyclage, certains décident de tenir le haut du pavé des centres-villes pour crier leur désespoir et leur volonté farouche de changement.

Ségolène Royal prend en grippe un mouvement à son image

La fin de la société de consommation, le respect de l’être humain et du vivant et de la planète en général. Des mots d’ordre sympathiques, clamés par l’avant garde des bobos. Pas étonnant de voir quelques dizaines d’entre eux des étoiles plein les yeux en pensant que barrer la circulation de deux rues parisiennes va changer la politique de nos gouvernants et le monde… Ce week-end, un centre commercial situé dans le 13e arrondissement avait été occupé pour dénoncer la société de consommation. Un joli coup de pub qui ne reste que de la pub. L’occupation de la place du Châtelet s’inscrit dans cette veine. On bloque trois pauvres voitures qui cherchent à se garer dans le cœur de la ville, on met de la paille sur le sol et on crie sa révolte.

Là encore, il n’y a rien de bien original à se mettre sous la dent. Rien, en tout cas, qui pourrait susciter l’ire de la Macronie. Si ce petit défouloir peut amuser quelques dizaines de militants, alors que grand bien leur fasse. La semaine de « désobéissance civique » prévue par Extinction rébellion ne fait trembler que les journalistes en mal de sensation. Le pouvoir sait que ce mouvement ne représente que des bobos qu’il sera toujours temps de choyer une fois les municipales venues. Vous avez raison diront la plupart des candidats avant d’enterrer toutes les belles promesses utopiques de ces bobos quadragénaires qui ont le temps de lancer une pseudo rébellion un jour de semaine. Les écologistes auto-proclamés la semaine et les gilets jaunes le samedi ? A ce rythme, la police va accumuler encore plus d’heures supplémentaires.

En plus d’être inefficaces (ils ne le savent pas encore), c’est militants écolo-bobos se font rabrouer par Ségolène Royal. Qui ? Ségo, l’ancienne ministre de l’Ecologie qui a produit tellement de vent dans son ministère qu’on a pu croire que les éoliennes allaient sauver la planète. Une Ségolène Royal qui a exigé que les mouvements violents soient « réprimés » en référence à l’occupation du centre commercial du 13e arrondissement de Paris. OK pour gueuler un peu, mais pas touche au business semble dire la socialiste émancipée.

Si l’ex-ministre avait mieux lu ses fiches, elle aurait compris qu’Extinction rébellion est un avatar de sa non-pensée. Un discours moralisateur effectué par des urbains qui ne connaissent rien à la nature, une bonne dose de gauchisme et des comportements qui vont à l’encontre même des slogans. A quoi sert de voguer sur la Seine sur une épave fonctionnant au fioul ? Pour la photo peut-être… A quoi sert une ambassadrice des Pôles qui fait l’aller-retour en une journée en avion, direction l’Islande pour assister à un grand raout d’une compagnie de séjours de luxe ? Extinction rébellion et Ségolène Royal, un combat commun à mener vers les abysses du concret.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    QUOI !de mieux ! que BOBOLAND !
    pour détournement des INFOS .
    LA BRAUN -PIVET ? ELLE EST TOUJOURS .
    JUGE et PARTI . Dans l’affaire BENALLA
    JUGE et PARTI . pour l’affaire CASTANER ? ENFUMAGE 100%
    Heureusement pour poser les vrais questions !
    Monsieur BAS contrôle du sénat !
    pourquoi pas libre TV ?
    Le peuple souhaite voir SUPER MENTEUR EN MARCHE .

  2. Bluesun dit :

    “A quoi sert une ambassadrice des Pôles qui fait l’aller-retour en une journée en avion, direction l’Islande pour assister à un grand raout d’une compagnie de séjours de luxe ? ”

    A pas grand chose, c’est sans doute de la “bravitude”, à un fric fou.

    500 scientifiques = 13 pays ont dit qu’ils n’y avait pas d’urgence climatique. Que le CO2 était bénéfique pour la vie de la terre.

    Voilà sans doute pourquoi Macron ne cesse de blablater ?
    En larguant non stop du CO2, il fait du bien à la planète.

Laisser un commentaire