/>

Prix Nobel de l’économie : un succès contre la pauvreté ?

Rédigé par notre équipe le 15 octobre 2019.

La France est fière ! Une économiste bien de chez nous a été récompensée du prestigieux Prix Nobel d’économie. Esther Duflo – à ne surtout pas confondre avec Cécile Duflot – a donc reçu cette récompense pour les travaux menés avec son mari, Abhijit Banerjee, et Michael Kremer sur la réduction de la pauvreté. Un travail salué par tous depuis déjà plusieurs années qui n’a toujours pas atteint les radars de l’exécutif français. Ou l’art de célébrer une ressortissante tout en ignorant superbement ses travaux. A quand un Prix Nobel pour fumisterie crasse ? Les prétendants français seraient nombreux… 

Cocorico ! Une Française a remporté le Prix Nobel d’économie. Une récompense que seuls deux Français avaient jusque-là obtenus classant paradoxalement la France parmi les meilleurs élèves. La Norvège et la Suède font aussi bien et seule la Grande-Bretagne fait mieux avec sept lauréats. Et les Etats-Unis alors ? Le pays est hors classement avec 64 Prix Nobel d’économie. Un record inatteignable surtout que le succès d’Esther Duflo est mis officiellement au crédit des Etats-Unis, car la « brillante » économiste est franco-américaine et travaille au prestigieux MIT. Le succès français n’est que très partiel, mais l’essentiel est ailleurs.

Les politiciens se félicitent d’un Prix au lieu de lutter contre la pauvreté

Plus jeune Prix Nobel d’économie de l’histoire et seconde femme à remporter cette distinction, Esther Duflo a dépassé toutes les (hautes) attentes que les économistes (pas ceux qu’on voit généralement à la télévision) et le monde académique avaient mis en elle. Duflo possède un curriculum vitae ébouriffant, mais plus que des lignes qui font bien sur une feuille blanche, ce sont ses travaux qui ont trouvé grâce auprès de la communauté des économistes. Et pour une fois, c’est la lutte contre la pauvreté qui est mise à l’honneur – non pas avec des grands discours (les politiques s’en chargent), mais avec des solutions concrètes et qui ont été testées empiriquement (en premier lieu en Inde).

Des travaux que nos politiques vont désormais s’employer à qualifier de « géniaux » à commencer par Emmanuel Macron qui n’a pas pu résister à saluer ce « magnifique prix Nobel d’Esther Duflo (qui) rappelle que les économistes français sont actuellement au meilleur niveau mondial et montre que les recherches dans ce domaine peuvent avoir un impact concret sur le bien-être de l’humanité ». Là encore, Macron voit le verre bien plein. Certes Française, mais qui a été formée depuis nombreuses années aux Etats-Unis. Certes, « un impact concret sur le bien-être de l’humanité », mais sans que cela n’intéresse ce même Macron. A quoi sert d’empiler les Prix Nobel dans la vitrine France, si de plus en plus de compatriotes sont en situation d’extrême précarité ?

La précarité. Un terme utilisé par tout le personnel politique pour éviter d’avoir à prononcer celui de pauvreté. En économie, il y a aussi des interdits linguistiques pour tout politicien qui se respecte. Et quand il est impossible d’énoncer la réalité, il est impossible de la combattre. Rien de nouveau sous Jupiter. Espérons juste qu’Esther Duflo et ses deux confrères voient leurs travaux être utilisés avec justesse par des hommes politiques qui s’intéressent au fond et non pas à l’affichage politicien. Mais cette espèce existe-telle encore ?

Déjà une remarque sur cet article

  1. amazonia dit :

    blablabla !
    blablabla ! contre la pauvreté ? 100% FUMISTERIE .
    de la hauteur de BOBOLAND .

Laisser un commentaire