/>

Hollande : de président grotesque à constitutionnaliste dangereux ?

Rédigé par notre équipe le 22 octobre 2019.

Difficile d’attirer l’attention (et encore plus le respect) quand on a été un président de la République calamiteux. François Hollande y arrive malgré ses nombreux handicaps et cette semaine c’est avec le plus grand sérieux. L’ex a pensé la République et trouvé les moyens de ramener la démocratie au cœur de l’action publique. Il signe un livre qui se veut être un guide, mais les propositions faites sont du même acabit que sa présidence. Peu importe le régime, peu importe la durée du mandat, Hollande n’a pas sa place à l’Elysée.

Après le ministère de la parole qui lui a permis de se rouler par terre avec Leonarda, François Hollande passe désormais par l’écrit pour se faire entendre. Ce qui compte au fond, ce n’est pas le nombre d’exemplaires vendus, mais le petit tapage médiatique qui va avec. Après son livre censé le réhabiliter en tant que président, Hollande s’essaie à la réécriture de la Constitution pour doter la France d’institutions plus fortes et démocratiques. Les idées pleuvent contrairement au temps où Hollande avait le pouvoir de faire des choses. Ce n’est pas suffisant pour le réexpédier à l’Elysée d’autant que ses « idées » sont aussi mauvaises que contradictoires.

Un régime présidentiel avec cohabitation à la clé

Dans un court ouvrage réalisé avec ses chers amis du think tank Terra Nova, Hollande se plaît à remodeler les contours de la Ve République. L’ancien président assure qu’il est en mesure de construire une « Ve République bis » avec un « véritable régime présidentiel ». Hollande s’explique : « Qui peut nier le malaise qui s’est installé dans la démocratie ? ».  On serait tenté de dire que Hollande est un des principaux personnages qui a nié le malaise et l’a même créé. N’a-t-il pas posé avec Sarkozy dans le cadre de l’enterrement du résultat du referendum de 2005 ? N’a-t-il pas voté contre la volonté du peuple ?

Hollande est atteint d’amnésie, mais cela ne l’empêche pas de délivrer ses recettes. « Pour y faire face (le malaise démocratique), chaque président a cru pouvoir moderniser nos institutions » mais cela n’a pas vraiment fonctionné. Alors, il préconise des changements afin de transformer « nos institutions (qui) sont de moins en moins capables de répondre aux aspirations ». Hollande dénonce un président au « pouvoir exorbitant », un législatif qui ne contrôle que très peu l’exécutif, et un Premier ministre qui « ne protège plus depuis longtemps le chef de l’Etat ». Quelques réflexions s’imposent. Hollande a bien eu un pouvoir beaucoup trop grand pour lui, il n’en a rien fait (de bien). Les parlementaires sont des petits marquis dont la mission principale est de plaire au président. Enfin, en choisissant Jean-Marc Ayrault à Matignon, on ne peut que confirmer l’inutilité du Premier ministre…

Que faire pour remettre les institutions en état de marche ? Il faut allonger le mandat du président assure Hollande. Enfin une bonne idée ! Sauf que dans le détail Hollande a tout faux. Trop peureux, il n’ose pas revenir au septennat et plaide pour un mandat de six ans. Allez, pourquoi pas ? Sauf que ce mandat, renouvelable une fois, entre en tensions avec celui des parlementaires dont le mandat sera réduit à quatre ans. En d’autres termes, Hollande prône le retour de la cohabitation et donc la paralysie du pouvoir ! Le président fera la guerre au Premier ministre (et vice-versa) sauf que le poste de Premier ministre sera supprimé. Il y aura donc une équipe au pouvoir sans aucun chef officiel lors des épisodes de cohabitation qui ne manqueront pas de se multiplier.

Pas de Premier ministre et plus de 49-3 pour passer en force. Une manière d’interdire le retour de Manuel Valls sur l’échiquier politique français ? Si le 49-3 était aussi toxique, il ne fallait pas l’utiliser à tout va… Le Gouvernement ne sera plus responsable devant l’Assemblée et en contrepartie, le président perd son pouvoir de dissolution. Faut-il rappeler que la dernière dissolution a eu lieu il y a 22 ans ? Hollande ou l’art de contourner les faux problèmes pour en créer de nouveaux…

Pourquoi ne pas aider un peu ce pauvre Hollande en lui proposant un retour au septennat avec mandat unique pour le président ? Cela éviterait qu’il passe la moitié de son mandat à travailler à sa réélection. Les parlementaires seraient élus dans la foulée pour un mandat de sept ans renouvelable une fois. Tout ce petit monde pourrait être révoqué à tout moment par le peuple afin qu’ils ne perdent pas de vue qu’ils ne travaillent pas pour eux, mais pour leurs concitoyens. La suppression du poste de Premier ministre est envisageable non pas parce que ce dernier « ne protège » plus le président, mais parce que les deux hommes se marchent sur les pieds. Enfin, la parité de genre laissera place à la parité socio-professionnelle. Les banquiers et les professions libérales laisseront place à des représentants réels du peuple. Un chamboulement trop sérieux pour être porté par Hollande…

Déjà une remarque sur cet article

  1. amazonia dit :

    HOLLANDE . Le guignolesque de corrèze ! RIDICULE .OUI
    RIDICULE . IL a fait honte a la FRANCE .
    Alors !des passages a la télé ! pour dire des conneries ?
    PAUVRE MEC .

Laisser un commentaire