/>

Un restaurateur condamné à 14 000 euros de redressement pour avoir mangé dans son restaurant

Rédigé par notre équipe le 22 octobre 2019.

La start-up nation ne serait-elle qu’un slogan sans aucune prise avec la réalité ? Les deux années passées au pouvoir par l’équipe Macron ont donné une réponse cinglante. La mésaventure d’Arnaud Bloquel, chef étoilé condamné par l’URSAFF à payer 14 000 euros pour avoir eu le culot de manger tous les jours dans son propre restaurant risque fort de ne pas changer une réponse que tout le monde connaît. Il est interdit de se nourrir dans son propre restaurant à moins de le déclarer de manière très officielle et d’en payer le prix en monnaie sonnante et trébuchante. Un bel exemple de décadence à la française.

Si la France s’enorgueillie (de moins en moins à raison) de ses services publics, elle adore rappeler qu’elle est – à juste titre cette fois – le pays de la gastronomie. Certes, les vendeurs de kebabs, pizzas et autres hamburgers pullulent jusque dans les coins les plus reculés de France, mais l’Hexagone abrite sur l’ensemble de son territoire des chefs au savoir-faire exceptionnel qui comprennent les aliments et savent les sublimer pour en faire des plats savoureux. Arnaud Bloquel est l’un de ces chefs. Etoilé, il partage son art à la Guadeloupe, mais revient à Paris afin de préparer le concours de Meilleur Ouvrier de France.

Bientôt un jumelage restaurant étoilé-kebab pour nourrir les cuisiniers ?

Etre le meilleur parmi les meilleurs fait rêver et pour que le rêve devienne accessible, il ne faut pas compter ses heures en cuisine. Ça tombe bien, Arnaud Bloquel passe toutes ses journées dans les cuisines de son restaurant afin de proposer des plats à la hauteur des attentes de clients venus déguster des mets étoilés. Contrôlé par l’Union de Recouvrement des cotisations de Sécurité Sociale et d’Allocations Familiale – plus communément connue sous son acronyme Urssaf – le chef a passé cet examen haut la main jusqu’à une dernière question au premier abord anodine. « Où mangez-vous ? » l’interroge l’inspecteur. « Je mange dans mon restaurant, puisque j’y passe mes journées » répond naïvement Arnaud Bloquel.

Mauvaise réponse qui lui vaut aujourd’hui de payer 14 000 euros à l’Urssaf ! La raison se cache dans la loi. Un gérant majoritaire dans une entreprise de restauration doit déclarer ses repas pris sur place. Cela faisait trois ans que le chef mangeait dans son restaurant, alors l’addition est salée : 14 000 euros. Un chiffre démentiel basé sur la dépense moyenne des clients de ce restaurant, soit 107 euros. Arnaud Bloquel a beau expliquer qu’il ne mange pas les mêmes plats que les clients heureux de jouir de cinq assiettes par repas l’Ursaff s’en moque. Entre les pâtes au beurre et les homards géants, c’est le même combat. De quoi choquer tous les François de Rugy de la Terre !

Les arguments du chef Bloquel ne sont pas entendus par une administration sourde et dont la mission n’est pas de démasquer les amis fraudeurs du pouvoir (un petit tour dans l’univers de la construction serait utile), mais de remplir les caisses sur le dos d’honnêtes gens. « Comme tous les cuisiniers, je conserve les produits nobles pour les clients et je me restaure avec des pâtes ou des plats simples et peu coûteux, comme le reste de mon équipe dont le repas apparaît à environ 6 euros sur leur bulletin de paie » explique sans émouvoir le moins du monde la machine à pomper le fric qui lui fait face.

En somme, Arnaud Bloquel est condamné à verser 14 000 euros, car il travaille trop (ou mange trop) pour faire de son restaurant une adresse reconnue et appréciée. Qu’attend l’administration ? Que les chefs étoilés prennent une vingtaine de minutes à chaque service pour aller s’acheter un kebab au coin de la rue ? A trop vouloir vampiriser le travail des autres, l’Etat en devient grotesque, mais aussi soviétique. Un grand écart de plus en Macronie ? Oui, mais tout est possible grâce au « en même temps ». Vous êtes un chef étoilé et en même temps une vache à lait qui doit payer son repas dans le premier boui-boui du coin. Juste magnifique !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    Encore et encore une connerie a la FRANCAISE .EN MARCHE
    Sur l

  2. amazonia dit :

    2 POIDS /2 MESURES ?
    Comme de coutume !
    l’état a besoin de pognon pour payer les frais de bouches
    de DE RUGY et les autres parasites qui bouffent gratis !
    GRATUIT pour HOMARDS et OMAR ++
    (( nos taxes /nos impôts +++toujours plus ++))
    entretenir des gugus ! pour faire acte de présence !
    ACTION ? = ZERO
    AGIR ? = ZERO
    Pauvre FRANCE .

Laisser un commentaire