Le numéro un de la vision nocturne en France va-t-il passer sous pavillon américain ?

La société américaine Teledyne est entrée en négociations afin de racheter l’entreprise française Photonis pour environ 500 millions d’euros. Photonis est actuellement la propriété de la société Ardian. Photonis possède des usines en France, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis et au Mexique, pour un total d’un peu plus de mille salariés.

Les Français Safran et Thalès n’ont pas souhaité concourir au rachat de l’entreprise, et ceci malgré les sollicitations de la DGA (Direction générale de l’armement).

Ce risque de rachat américain d’une entreprise de pointe du secteur de la Défense française, qui connait de malheureux précédents, advient alors même qu’un fonds d’investissement a été récemment créé afin de promouvoir l’innovation de la Défense. Ce fonds a été créé, selon ses promoteurs, spécifiquement afin de « garantir l’autonomie stratégique en gardant françaises des […] jeunes pousses qui peinent à trouver le capital nécessaire à leur croissance ». Ceci en y associant les grands groupes de l’industrie française de Défense.

A nouveau, les groupes français semblent sur le point de laisser s’échapper une technologie de pointe, dont l’avance sur ses concurrents attise les acteurs américains, qui ont le mérite de savoir, eux, ce qui importe au maintien de leur propre puissance.

En effet, Photonis a mis en place le modèle de caméra nocturne CMOS Kameleon, qui permet de filmer en couleurs en pleine nuit. Cette innovation avait été primée, en 2015, par l’Association de l’Armement Terrestre (AAT). L’entreprise maîtrise de même le laser mégajoule, qui permet d’imiter les conditions matérielles de l’utilisation d’armes nucléaires. Cette technologie est d’une grande importance afin de mener des expériences de Défense impliquant des armes nucléaires.

Dix-sept députés français ont d’ores et déjà lancé un appel afin de garder Photonis dans le giron de la France, déclarant : « Notre autonomie stratégique repose sur notre aptitude à maîtriser des compétences scientifiques, technologiques et industrielles clés ».

En février, Bruno le Maire avait déclaré que l’Etat allait être « très attentif » quant au respect de la souveraineté de la France dans cette affaire. Bien que son ministère tente, depuis plusieurs mois, de trouver une solution française au rachat de Photonis, les résultats sont maigres. En outre, PAI Parterns, un fonds d’investissement français, a indiqué pouvoir être intéressé. Enfin, l’Agence de l’innovation de défense (AID), souhaiterais pouvoir constituer un fonds d’investissement de 500 millions d’euros afin de pouvoir racheter l’entreprise. Toutefois, le temps joue contre ces solutions, qui risquent de ne pas être suffisantes pour éviter le rachat américain.

L’option de nationaliser l’entreprise, dans l’attente d’un rachat français ultérieur, pourrait de même être envisagée. Cette décision serait sans doute la plus sage au vu de sa situation actuelle. Mais l’Etat libéral et mondialiste de Macron prendra-t-il ce chemin ? Les souvenirs amers de l’affaire Alstom nous murmurent tout autre chose… Reste à espérer un revirement de Thalès ou de Safran.

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

1 réaction à “Le numéro un de la vision nocturne en France va-t-il passer sous pavillon américain ?”

  1. le laser mégajoule est potentiellement un des constituants de la fusion nucléaire, nous avons des hommes politiques avec un QI proche de celui du serin ! En virant environ 140 fonctionnaires on récupère 500 millions sur 20 ans facilement finançables ou bien vendre (solder?) le palais de l’Élysée et loger Macron à Trifouilli les oies dans une cahutte . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.