/>

Coronavirus : les mesures et les enjeux

Rédigé par notre équipe le 17 mars 2020.

Des mesures de confinement ont été déclarées par Emmanuel Macron, hier soir lors de son intervention télévisée, au journal de 20h. Les Français ont été 35,3 millions à écouter l’allocution présidentielle.

A compter d’aujourd’hui, à 12h, et ceci pour 15 jours au minimum, les déplacements ne sont autorisés que si l’on se trouve muni d’une attestation de déplacement dérogatoire, pour l’une des situations ci-dessous :

  • Déplacements entre le domicile et le travail lorsque le télétravail est impossible
  • Déplacements pour faire des courses
  • Déplacements pour motif de santé
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants
  • Déplacements brefs, à proximité du domicile, pour faire du sport individuellement (marche, course) et pour les besoins des animaux de compagnie.

Cette mesure exceptionnelle vise à faire prendre leur responsabilité aux citoyens français dans la restriction de leurs déplacements et la nécessité de respecter le confinement. Le non-respect de cette mesure pourra être puni d’une amende allant de 38 à 135 euros. Des contrôles d’agents de police pourront être réalisés, de manière fixe ou mobile, à destination des véhicules ou des piétons. Dans ce contexte, le second tour des élections municipales est évidemment reporté.

En outre, 100 000 policiers et gendarmes sont déployés en France afin de contrôler le confinement général.

Le professeur Graham Medley, épidémiologiste à la London School of Hygiene and Tropical Medicine, soulignait quant à lui la nécessité d’agir dès à présent comme si l’on était déjà contaminé par le virus et que l’on ne souhaitait pas le transmettre. Ceci que l’on soit porteur de symptômes ou non. Alors seulement les confinements respectifs pourront être efficaces.

Mais la gestion de la crise se fait aussi à l’échelon européen. L’Union Européenne prévoit de débloquer 1% de son PIB, soit 150 milliards d’euros environ, afin de mettre en œuvre des mesures budgétaires spécifiques visant à soutenir l’économie du continent. Car la crise sanitaire pourrait aussi devenir une crise économique mondiale. Les indices manufacturiers chinois sont à la baisse, de même que les taux boursiers américains, et les entreprises européennes pourraient fonctionner au ralenti si le confinement perdure.

Aux Etats-Unis, l’administration Trump va solliciter l’accord du Congrès afin que ce dernier débloque 850 milliards de dollars afin de contrecarrer la chute économique en cours. Une baisse générale des charges sociales serait le principal levier d’action de ce fonds.

En France, l’impact économique du coronavirus entraînerait une augmentation du déficit public à 3,9% du PIB en 2020, ce qui constitue un accroissement vis-à-vis des anticipations antérieures (qui prévoyaient un déficit de 2,2%).

Selon l’OMS, l’Europe doit aujourd’hui prendre les mesures « les plus audacieuses » pour mettre fin à la propagation du virus, dans la région qui est dorénavant devenue l’épicentre mondial de la maladie.

Déjà une remarque sur cet article

  1. zelectron dit :

    Micron est un ignare qui nous fait perdre du temps en toutes choses, c’est un incapable qui ne fait que discutailler au lieu de donner toute latitude au corps médical pour suivre « ab sofort » l’exemple de la Corée du Sud !

Laisser un commentaire