/>

Pire que le Coronavirus : Manon Aubry de la France insoumise

Rédigé par notre équipe le 19 mars 2020.

Manon Aubry

Face à la crise sanitaire qui nous frappe de plein fouet, certains montent au créneau, d’autres dénoncent les coupables. Certains se battent pour aider les malades, d’autres cherchent des boucs-émissaires. Certains se retroussent les manches, d’autres donnent des leçons. Est-ce que quelqu’un pourrait faire taire Manon Aubry ?

D’un côté, il y a les soignants qui sont en première ligne de la lutte contre le coronavirus et qui continuent à travailler pour sauver des vies : les médecins, les ambulanciers, le personnel de labos, les infirmiers, les infirmières, les aides-soignants, et le personnel soignant. D’un côté, il y a les entreprises comme L’Oréal, Pernod-Ricard, Sanofi qui proposent leur aide en fabriquant des tonnes de gel hydroalcoolique pour éviter les ruptures de stock des hôpitaux. D’un côté, il y a l’armée qui déploie ses soldats pour venir à la rescousse des médecins dans le Grand Est et qui évacuent les malades de Mulhouse à Toulon, afin de soulager les hôpitaux submergés du Haut-Rhin. D’un côté, il y a les petits commerçants et leurs salariés qui tremblent, en silence, pour ne pas que leur boite mette la clé sous la porte.

Et de l’autre, il a ceux qui râlent, qui dénoncent, qui condamnent, qui clouent au pilori, qui cherchent des coupables. De l’autre, il y a ceux qui récupèrent la crise sanitaire pour satisfaire leur petit combat politique. De l’autre, il y a ceux qui surfent sur la psychose généralisée pour faire de la récupération politique et créer de fausses polémiques qui tombent à l’eau. De l’autre, il y a Manon Aubry.

La baisse d’activité économique et le confinement généralisé ont redonné du temps de parole à pas mal de Français qui racontent leur vie confinée sur les réseaux sociaux. C’est la mode des journaux de confinement, ces publications dans lesquelles les gens racontent leur galère au quotidien dans leur appartement, entre enfants hystériques et obligation de télétravail. Sur Instagram ou Twitter, certaines personnalités publiques se sont prises au jeu… Parfois, c’est drôle. Le plus souvent, c’est mauvais, en plus d’être foncièrement indécent. Surtout pour ceux qui n’ont pas les moyens de vivre une vie de château.

Des journaux de confinement pour se torcher en cas de pénurie 

Leïla Slimani qui nous raconte qu’elle fait du jardinage dans sa maison secondaire ? On s’en fout et c’est indécent.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Manon Aubry qui nous livre ses réflexions à chaud dans son Journal du confinement au sujet des plus démunis ? On s’en fout, et tout le monde le sait déjà.

 

 

 

Dans ses tweets, elle explique que la crise sanitaire, c’est la faute au gouvernement, au néolibéralisme, mais aussi à LVMH, n’hésitant pas à demander à l’entreprise de payer ses impôts plutôt que de fabriquer du gel hydroalcoolique. Double problème : LVMH paye ses impôts …Quant à Manon Aubry, elle est payée 8000 euros nets par mois comme député européen.

L’heure serait plutôt au combat, à l’entraide, à la solidarité nationale, voire à la discrétion, et à l’humilité face à ceux qui se battent vraiment pour sauver la vie des malades et des personnes en réanimation. Mais allez donc le faire comprendre à la France insoumise.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. blackdog dit :

    Eh oui…..
    C’est comme dans la jungle,à côté du cadavre dépecé il y a les hyènes qui harcèles et essaient de profiter du plus petit des morceaux ! !

  2. zelectron dit :

    Tout ceci n’est pas une raison pour ne pas accuser ce gvt d’incurie à maxima !

Laisser un commentaire