/>

La Chine tente de gagner la guerre de l’information

Rédigé par notre équipe le 24 avril 2020.

La Chine tente, notamment à travers la diaspora des Ouïgours, de peser sur la perception de sa gestion de crise à l’international. En Europe, par exemple, de nombreux Ouïgours ont reçu des appels étranges de leurs familles, restées en Chine. Ces derniers, pourtant persécutés par le régime chinois, ont à cœur d’alerter les Ouïgours vivant en Europe des risques que porte la crise dans les pays occidentaux, tout en ventant les actions de la Chine, qui aurait « éradiqué » le virus. De nombreux membres de leurs familles, qui n’avaient pas donné de leurs nouvelles depuis parfois plusieurs années (les appels de ces familles sont contrôlés par le régime), ont ainsi soudainement appelé leur fils, leur fille, ou un proche de la famille, afin de les informer, d’une voix tendue, que tout était sous contrôle au paradis communiste.

Ces interventions grotesques et malsaines, orchestrées par Pékin, ne sont que l’une des nombreuses manipulations que le régime communiste tente de mettre en place afin de faire oublier sa responsabilité dans la pandémie mondiale. En outre, la Chine a commencé par affirmer que la contamination ne se faisait que d’animal à humain, par consommation. Ce ne sera que le 20 janvier que le régime avouera qu’il s’agit, en réalité, d’une pandémie transmissible d’humain à humain.

Ces manipulations avaient commencé dès le mois de décembre 2019, alors que le virus prenait de l’ampleur en Chine : faisant pression sur l’OMC, la Chine a retardé au maximum le partage de l’information sur la situation sanitaire du pays. Par son obsession du contrôle de son image, la Chine a ainsi mis en danger la communauté internationale en faisant trainer le lancement de l’alerte.

De plus, loin des 3304 morts annoncés par le régime, une étude des distributions d’urnes funéraires à la population de la mégapole de Wuhan laisserait indiquer que ce nombre pourrait en réalité s’élever davantage à 40 000. Mensonge sur les chiffres donc. Sans doute pour préserver la réputation du si fonctionnel régime chinois, tellement plus efficace que ceux des systèmes occidentaux…

A ceci s’ajoute les déclarations, souvent hautaines et agressives, de représentants chinois et de leurs médias, dénonçant la faute des Occidentaux dans la gestion de la crise, jusqu’au lancement de rumeurs les plus imbéciles, comme celle consistant à sous-entendre que le virus aurait été implanté en Chine par des services américains.

Afin de masquer ses fautes, le régime chinois ose se poser en donneurs de leçons. Pire, la Chine prétend mettre en branle une solidarité internationale à travers sa « diplomatie des masques ». Ceci alors que le pays les fait bel et bien payer !

Après avoir été le foyer d’une épidémie mondiale, ne fournir aucune excuse à la communauté internationale, mentir sur la situation sanitaire du pays, puis monnayer son aide, la Chine révèle le caractère unique de son régime : alliant ce que le communisme et le capitalisme font de pire, le pays est devenu maître dans l’art du mensonge et de l’égoïsme.

Laisser un commentaire