/>

Des ex-généraux français signent une tribune afin de se rapprocher de la Russie

Rédigé par notre équipe le 02 mai 2020.

Des anciens généraux des armées françaises, réunis au sein du Cercle de réflexion interarmées, souhaitent que la France fasse le choix de « sonner le réveil de la raison » en renonçant à participer aux futurs exercices militaires organisés par l’Otan, aux frontières de la Russie.

L’exercice « Europe Defender 2020 » consiste à déployer plusieurs dizaines de milliers de soldats étatsuniens et européens en Allemagne, en Pologne et dans les pays baltes. Le but est de démonter aux membres de l’alliance que l’Otan pourra toujours les protéger en cas d’attaque éventuelle de la Russie.

Selon eux, la participation de la France à ces exercices otaniens ne constitue qu’un « suivisme aveugle » dénué de toute vision stratégique pour le XXIe siècle. Loin des réflexes archaïques datant de l’époque de la guerre froide, la France aurait mieux fait de se tourner vers la Russie, pivot du continent eurasiatique et de ses enjeux propres.

Ces anciens généraux rappellent que, déjà en 1966, en pleine guerre froide, Charles de Gaulle avait choisi de faire passer l’indépendance stratégique de la France avant toute autre considération. Le Général n’avait pas oublié que, en 1944, les Américains souhaitaient mettre la France sous tutelle administrative, niant son droit éternel à la souveraineté.

Ce sera en 2007 que Nicolas Sarkozy fera le choix de rentrer dans le rang, et de faire réintégrer la France dans le commandement intégré de l’Otan. En échange, une maigre consolation non-opérationnelle : l’octroi par l’Oncle Sam du Commandement allié Transformation, qui pilote la réflexion stratégique, tactique et technologique de l’Otan.

La tribune souligne que, à l’heure où la Turquie prend des accents de plus en plus menaçants et néo-ottomans, jusqu’à utiliser l’arme migratoire pour faire pression sur l’Europe, jouer à la guerre contre les Russes constitue un aveuglement total.

Les généraux dénoncent, de même, la faillite morale de l’Europe, obsédée par les événements de la Seconde guerre mondiale : « Interdisant à la pensée conservatrice de s’exprimer, la mémoire du génocide raciste plombe toutes les politiques de contrôle des flux migratoires et de répression des incivilités, y compris celles menaçant clairement l’intégrité du territoire. ».

Cet effondrement moral a entrainé la domination culturelle et stratégique américaine en Europe, incapable de se penser comme une puissance et un modèle de civilisation.

Enfin, le texte souligne que le comportement américain ne pourra changer sans que les Européens ne les y obligent : « il est illusoire de croire que, sans une pression significative, les États-Unis modifieraient à la fois leur attitude de suzerain à l’égard des membres de l’alliance et leur hostilité anachronique avec la Russie. »

Loin de vouloir claquer la porte aux Etats-Unis, des relations saines et équilibrées ne peuvent toutefois exister qu’en opérant un rééquilibrage stratégique avec Moscou. La France ne doit pas sacrifier sa raison stratégique sur l’hôtel de l’épouvantail russe, bien pratique pour se dispenser de réfléchir aux futurs rapports de force du XXIe siècle.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    Les russes auraient du proposer à l’Ukraine de leur racheter la Crimée à l’instar de états américains qui l’ont fait pour la Louisiane, il n’y aurait même pas eu de conflit avec le Donbass !
    Mais Poutine ne sait qu’employer la force. Par ailleurs l’alliance Chine-Russie est une réponse aux occidentaux de Poutine, ce n’était pas son intérêt mais il l’a fait quand même . . .
    Quant à ne pas participer aux manœuvres de l’OTAN c’est un peu tard pour dire non, la prochaine fois peutêtre mais avec d’autres européens, pas toute seule !

  2. Et ilbert dit :

    Effectivement l’agressivité dominatrice de poutine est contreproductive , elle pousse la plupart des pays d’ex URSS a un rejet total et une attraction vers l’ouest qui serait néfaste à long terme s’ils devaient subir la même situation que la France ou l’Allemagne.

Laisser un commentaire