Gérald Darmanin : le mépris et la réalité alternative du macronisme

Ambiance surréaliste sur le plateau de BFM TV ce matin ! Habitué à s’y faire cirer les pompes, le ministre de l’Intérieur a dégoupillé face aux questions de la journaliste Apolline de Malherbe, qui se contentait de reprendre les chiffres de la délinquance publiés par le gouvernement. Sa réponse ? Le mépris et la construction d’un monde alternatif où le macronisme aurait réglé tous les problèmes d’insécurité des Français.

Nous passerons rapidement sur la condescendance et le sexisme des aboiements de Gérald Darmanin (qui est coutumier du fait). Il y a beaucoup plus intéressant à décrypter dans l’échange lunaire entre le ministre de l’Intérieur et une journaliste d’un média qu’on appellera pudiquement « proche du gouvernement ». A tel point que, n’appréciant pas les questions qui lui étaient posées, M. Darmanin a demandé s’il était sur CNEWS, la chaîne honnie et diabolisée de la Macronie.

Car les sbires d’Emmanuel Macron vivent dans leur monde à eux, entre personnes pensant de la même manière. Ils ne peuvent même pas s’imaginer qu’au-delà des périphériques (et même parfois à l’intérieur), il y ait des malotrus qui considèrent qu’ils gèrent le pays comme des Jean Foutre. Le même Gérald Darmanin déclarait d’ailleurs hier encore que 100% des Français approuvaient son bilan sécuritaire.

Manque de chance, Apolline de Malherbe disposait ce matin de tout autres chiffres. Qui disent au contraire que 69% des Français sont horrifiés de la violence et de la délinquance qui s’est accrue au cours du mandat d’Emmanuel Macron. Un ressenti confirmé par l’explosion des chiffres des violences aux personnes depuis 5 ans (chiffres du gouvernement). Cachez cette réalité que je ne saurais voir ! Et la Macronie d’avoir trouvé l’astuce : « si vous dites cela, vous êtes des populistes ».

On vous recommande

A propos de l'auteur Patriote Pecresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.