Emmanuel Macron, président nain et candidat fantôme

Président du flou et du « en même temps, Emmanuel Macron se déclare candidat comme il a gouverné le pays : par atermoiements, sans éclat ni vision. Un président nain qui aura mis le pays à feu et à sang, divisé la France comme jamais, et qui aura esquivé aussi longtemps qu’il l’aura pu le débat démocratique sur son bilan désastreux.

Que restera-t-il de ces cinq années de purgatoire pour la société française ? Les Gilets Jaunes, qu’il a chauffé à blanc par pur esprit électoraliste ?  Plus largement, les petits, les pauvres, les ruraux, et tous ceux qui « ne sont rien », qu’il a humilié et méprisé avec une constance désarmante ? L’autoritarisme sanitaire prolongé ad nauseam pour d’évidents calculs électoraux ? Un peu de tout ça, et bien plus encore.

Le bilan d’Emmanuel Macron c’est une société toute entière tournée vers une petite élite des grandes métropoles et une fixation fédéraliste européenne. Les deux seuls points de doctrine que l’on peut dégager d’un président qui aura passé cinq ans à faire la girouette sur l’essentiel des sujets régaliens. Tous ou presque, on s’y est fait prendre à un moment ou à un autre… croyant l’espace d’une interview en sa sincérité. Avant que la suivante ne vienne dire le contraire.

Mais Emmanuel Macron n’a pas de colonne vertébrale, pas d’idéaux à défendre (hormis les intérêts des riches et de l’Union Européenne). Pour le reste, il est prêt à dire tout et son contraire à ses interlocuteurs successifs comme un bonimenteur de foires. Pas même comme un politicien roublard qui aurait usé ses souliers à faire les marchés, mais comme un représentant de commerce… ou pire, comme le banquier d’affaires qu’il n’a jamais cessé d’être.

Président nain, insignifiant, Emmanuel Macron se mue aujourd’hui en candidat fantôme qui va « enjamber la présidentielle et se projeter sur le prochain quinquennat », comme l’affirment sans vergogne ses conseillers. Il faudra quand même que Monsieur Macron passe par le scrutin des Français. Il n’en a pas envie, mais nous ne nous laisserons pas voler la présidentielle.

On vous recommande

A propos de l'auteur Patriote Pecresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.