Zemmour, Le Pen : la folie de la propagande russe en France

Si le gouvernement a décidé de couper les antennes de RT et Sputnik, deux médias contrôlés par Moscou pour déverser sa propagande et sa haine de l’Occident, la machine à mensonge mise en place en France par Vladimir Poutine ne s’arrête pas à ces seuls médias. Depuis des années, nombreux politiques et leaders d’opinion, à l’image d’Eric Zemmour et de Marine Le Pen, martèlent dans les médias la propagande du Kremlin. Désormais que la Russie a déclaré une guerre ouverte à nos valeurs, cette complaisance coupable ne peut plus être tolérée.

Il est inutile de reprendre la litanie des phrases de soutien prononcées par Eric Zemmour ou Marine Le Pen en faveur de Vladimir Poutine. La fascination pour l’autoritarisme et le mépris de la démocratie et de la liberté, affichés depuis des décennies par le maître du Kremlin, semble avoir toujours eu un effet presque aphrodisiaque sur une grande frange des extrêmes de notre échiquier politique.

Cette complaisance à l’égard de Vladimir Poutine, qui est loin d’en être à son coup d’essai en matière de tueries de civils, d’atteintes aux principes démocratiques, de meurtres d’opposants, et de violences en tous genres, aurait dû nous interpeller depuis de nombreuses années. Au nom de la liberté d’expression, nous l’avons toléré. Nous ne pouvons plus aujourd’hui fermer les yeux et laisser la parole aux chantres de Vladimir Poutine et de sa soi-disant Realpolitik qui est en réalité une guerre ouverte à l’Occident.

Les rêves présidentiels d’Eric Zemmour et de Marine Le Pen, s’ils les ont réellement un jour caressés, sont morts lorsque des chars russes sont entrés en Ukraine, lorsque les bombes et les missiles ont remplacé les mensonges de la propagande de Vladimir Poutine, dont ils se faisaient les petits télégraphistes depuis trop longtemps. Mais au-delà du scrutin à venir, il va falloir être impitoyables avec tous le fan-club de Vladimir Poutine, qui n’ont eu de cesse de nous enfumer pour nous faire systématiquement croire que ses demandes étaient légitimes et que nous, l’Occident, étions les véritables agresseurs.

Qu’Eric Zemmour et Marine Le Pen commencent par reconnaître que ce n’est pas l’OTAN le responsable de cette guerre, mais Vladimir Poutine exclusivement, lui qui planifie depuis des années une guerre de reconquête pour relancer une guerre froide que la Russie a déjà perdu une fois et qu’elle perdra une seconde fois. N’en déplaise à Eric Zemmour ou à Marine Le Pen, la démocratie et la liberté sont plus fortes que l’autoritarisme et la violence.

On vous recommande

A propos de l'auteur Patriote Pecresse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.